Actualité

[ANNULATION] - Mercredis de Thélème : Culture et sciences, au féminin !
La musique au féminin, conférence et concert

  • Culture,
Date(s)

le 18 mars 2020

Lieu(x)
Salle Thélème

Pour lutter contre la contagion du Coronavirus, l’université de Tours sera fermée au public à compter du lundi 16 mars 2020, conformément aux indications du Président de la République. Des informations plus précises vous seront communiquées dans la journée. Nous vous invitons à consulter vos mails, le site internet et les réseaux sociaux de l’UT.



La musique au féminin

Avec Camilla Cavicchi et Sébastien Durand

Modération : Vincent Cotro



La conférence sera suivie d'un concert de la Compagnie Frasques "Super Jazz Women" avec Guillaume Hazebrouck au piano et Chloé Cailleton au chant. Gratuit et ouvert à tous.

Camilla Cavicchi
Entre ciel et terre.
Les joueuses de tambourin carré dans la Méditerranée


Actuellement joué dans plusieurs zones de la Méditerranée (Maghreb, Portugal et Espagne), le tambourin carré est souvent un attribut musical propre aux femmes. Cette présentation souhaite approfondir un aspect particulier : son usage dans les pratiques religieuses et dévotionnelles des femmes. Des nombreuses images provenant de l’Égypte antique, des enluminures espagnoles et françaises du Moyen Âge, et la comparaison avec les traditions populaires existantes au Maghreb et au Portugal (Beira-Baixa et Tràs-os-Montes) permettront de se caler dans l’univers musical féminin et de comprendre l’importance de cette instrument.

Éléments biographiques
Camilla Cavicchi est musicologue (Ingénieur d’études CNRS) du Programme Ricercar, le programme de recherche en musicologie du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours. Elle a été Berenson Fellow à Villa I Tatti — The Harvard Center for Renaissance Studies (2019), et Research Scholar à l’Italian Academy, Columbia University (2016).
Elle a enseigné organologie et ethnomusicologie à l’Université de Bologne (2007–9), histoire de la musique à l’Université de Montpellier (2011–13), elle a été chercheuse à l’Université de Tours (2007–10) et à l’Université libre de Bruxelles (FNRS, 2013–15). Ses recherches concernent l’histoire de la musique de la Renaissance en Europe et dans la Méditerranée.

Courte bibliographie
“Origin and diffusion of the Saint Chapel’s image”, Music in art, 44, 2019, p. 123-143.
“Sealed in an envelope: Binchois and Du Fay on a fragment from 15th-century Ferrara”, in M.-A. Colin (ed.), French Renaissance Music and Beyond: Studies in Memory of Frank Dobbins, Turnhout, Brepols, 2018, p. 63-81.
“Rubens et l’Italie. La musique des mythes et des passions”, Imago musicae, 29, 2017, p. 137-177.
Musique en Picardie, du XIVe au XVIIe siècle, avec M.-A. Colin et Ph. Vendrix (éds), Turnhout, Brepols, 2012.


Sébastien Durand
Une virtuose aveugle à Paris au siècle des Lumières : Maria-Theresia von Paradis (1759-1824)


Maria Theresia von Paradis (1759-1824), une jeune aveugle, virtuose du clavier, entreprend en 1783 une tournée de concerts à travers l’Europe. L’année suivante, elle séjourne à Paris où elle se fait entendre à plusieurs reprises avec succès au Concert spirituel dans un répertoire nouveau. Pendant huit mois, elle va susciter l’admiration dans la capitale française, devant un public à la fois intrigué par sa cécité et subjugué par ses qualités musicales et humaines. Dotée d’une personnalité hors du commun, elle va constituer une véritable émulation pour les esprits éclairés de son temps qui, à l’instar de Valentin Haüy, vont engager l’Europe des Lumières dans la voie de l’éducation des aveugles.

Éléments biographiques
Sébastien Durand est professeur agrégé d’éducation musicale à l’Université de Tours (enseignant co-responsable au CFMI). Docteur en musicologie, il a soutenu une thèse consacrée aux aveugles et à l’école d’orgue française (un siècle d’orgue à l’Institution Nationale des Jeunes Aveugles : 1820-1930) à l’Université de Nancy. Chercheur associé au Laboratoire Interactions Culturelles et Discursives (EA 6297 ICD) à l’Université de Tours, il est spécialisé dans l’étude du rapport entre musique et cécité et a publié plusieurs ouvrages et articles consacrés à des musiciens aveugles (dont une biographie de l’organiste et compositeur Gaston Litaize).

Courte bibliographie
« Parole et musique d’aveugle : la correspondance de Maria-Theresia von Paradis (1759-1824) avec Johann-Ludwig Weissenburg (1752-1800) », in Céline Roussel et Soline Vennetier (dir.), Discours et représentations du handicap : perspectives culturelles, Paris : Classiques Garnier, 2019, p. 101-118.
« Des formes brèves en souvenir d’un long voyage : les 12 Lieder auf ihrer Reise in Musik gesetzt de Maria-Theresia von Paradis (1786) », in Vincent Cotro (dir.), Musique et formes brèves, Bruxelles : Peter Lang, 2018, p. 71-87.
« Les aveugles et l’apprentissage de la musique : à la recherche d’une certaine autorité » in Vincent Cotro et Catherine Douzou (dir.), Chemins de la création : Auteur, autorité et pouvoir dans la musique et les arts du spectacle, Paris : éditions Kimé, 2017, p. 157-170.

Super Jazz Women, Compagnie Frasques
Avec Chloé Cailleton au chant et Guillaume Hazebrouck au piano

Super Jazz Women - Cie FrasquesTerry Pollard, Mary Lou Williams, Mary Osborne, Melba Liston, Dolly Jones, Vi Redd, Carla Bley, Maria Schneider... Vous connaissez ?

À quelques exceptions, l'histoire du jazz n’a retenu que des noms masculins, laissant dans l’ombre nombre de musiciennes productives et audacieuses. Un oubli qui nous prive d’une partie de notre « matrimoine ».

SUPER JAZZ WOMEN interroge la place des femmes dans cette musique et invite à en relire l’histoire à travers des portraits de femmes qui, pour exister, ont souvent fait preuve de « super pouvoirs ». Des musiciennes libres et talentueuses qui pourraient bien inspirer celles (et ceux !) de demain.

Chloé Cailleton et Guillaume Hazebrouck nous font partager, en l’illustrant de moments musicaux et d’extraits vidéo, leur passion pour ces musiciennes trop méconnues. Ils nous transmettent leur goût pour les univers singuliers de la pianiste Geri Allen ou Mary Halvorson, leur plaisir face à la virtuosité des pianistes Hazel Scott ou Terry Pollard, leur admiration pour la richesse de l’œuvre de Mary Lou Williams ou Carla Bley…

Au fil de ces portraits, se dessine une réflexion sur le genre en musique, une interrogation sur la validité des distinctions entre jazz féminin et masculin et une mise à distance des représentations stéréotypées. À travers son expérience, Chloé Cailleton décrypte les processus à déjouer par les musiciennes de jazz pour intégrer cet univers encore trop masculin.

Le concert sera suivi d'une rencontre avec l'équipe artistique.