Résidence d'artiste


Point fort de sa politique culturelle, l'université accueille depuis maintenant plus d'une dizaine d'année des artistes en résidence. Composantes essentielles de la nécessaire rencontre entre la communauté universitaire et la production des arts vivants, ces résidences d'artistes s'inscrivent dans une dynamique riche de sens pour tous.

 

  Alexia DeFluff

Pour l'année 2020-2021, l'université de Tours accueille en résidence l'artiste spécialisée dans les arts numériques, Alexia DeFluff au sein de l'Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte (IRBI).

Habituée des installations numériques interactives type labyrinthe performatif ou chasse aux trésors cryptée, Alexia DeFluff combine aux arts numériques la pratique du dessin, de la photographie, de la vidéo… et de la construction en bois. Elle associe également les arts vivants à travers le jeu, les costumes et la scénographie afin d'habiter ses installations.

Alexia DeFluff intégrera à la rentrée l’Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte (IRBI), qui se consacre à l’analyse des interactions entre les insectes et leur environnement biotique et abiotique. La diversité de ses compétences se perpétue depuis la création de l’unité (1961) en réunissant sous un même toit des chercheurs et enseignants-chercheurs issus de différentes disciplines (écologie, physiologie, génétique, chimie, physique, bioinformatique et mathématiques), faisant de l’IRBI un lieu rare à l’identité internationale affirmée autour des sciences de l’insecte. En immersion au sein de l'IRBI, Alexia DeFluff explorera les thématiques de recherche qui y sont étudiés pour réaliser une installation performative de grande ampleur dans le bois de Grandmont. Ce sera une belle occasion de fêter les 60 ans de l'IRBI !
 
© Alexia DeFluff

À l’image des thèmes de recherches, lieux et êtres humains évoluant au sein de l’IRBI, un entrelacs d’organismes étranges va voir le jour sur le site de GrandMont… On les nomme les ZOOPODS.

Chacun d’entre eux représentera un élément phare de l’écosystème Irbien, et sera relié aux autres grâce à un système de communication qui lui est propre. Ces ZOOPODS se propageront dans l’espace au fil du temps, les uns après les autres, chacun d’entre eux répondant à une logique propre qui lui permettra de communiquer avec ses pairs.
Toute la communauté universitaire et plus particulièrement les occupants du site de GrandMont sera invitée à déchiffrer ces capsules de curiosités, qui révèleront au fil du temps une histoire, accompagnée de ses symboles, de ses mysticismes étranges, de ses emblèmes et de ses secrets.

Une gazette viendra relater l’évolution de cette mythologie irbio - grandmontienne, rapportant à la fois l’apparition de ces curieuses créatures, mais surtout les interférences qu’elles créeront sur leurs hôtes.

Les résidences d'artistes sont soutenues par la DRAC Centre Val-de-Loire. En lien avec l’Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte (IRBI).