Annuaire
Vous êtes ici : Version française

Coordonnées

Parc de Grandmont 37200 TOURS

Grandmont bâtiment I étage 1 bureau 1330

Tél
0247367087
Mail
charlotte.lecureuil@univ-tours.fr

Discipline(s)

Biologie des organismes

Discipline(s) enseignée(s)

Co-responsable du Master 2 Professionnel "Durabilité et Qualité dans les filières de productions animales"
Master 2 Pro DeQPA

Thèmes de recherche

histologie du testiculeLe contrôle de la reproduction est au cœur de différentes demandes sociétales. Depuis une trentaine d’années, les préoccupations concernant l’effet néfaste de l’environnement sur les fonctions mâles sont en augmentation. Dans le domaine de la santé publique, un déclin de la fonction reproductive masculine (Swan et al., 2000) et une augmentation de la demande des procédures d’assistance médicale à la procréation sont observés. En agronomie, la maitrise de la reproduction fait partie intégrante des paramètres d’optimisation de la gestion d’un cheptel. Les sciences de la reproduction peuvent également s’avérer indispensables pour la conservation de la biodiversité (Holt et al., 2014). Prévenir ou atténuer la perte d'espèces causée par les activités humaines nécessite de mieux comprendre comment l'environnement exerce un impact sur la reproduction.

La reproduction des invertébrés, bien que moins étudiée subit également les effets de l’environnement. A l'IRBI notamment, il a pu être montré, à partir de modèles d’hyménoptères parasitoïdes utilisés en lutte biologique, que différents types de stress appliqués sur la larve ou la nymphe (température, pesticide, ressource hôte) pouvaient conduire à une réduction du nombre de spermatozoïdes produit par l’adulte.



La formation de spermatozoïdes aptes à la fécondation est un processus complexe nécessitant l’expression de nombreux gènes (White-Cooper & Bausek, 2010). Près de 2000 gènes différents pourraient être impliqués dans le développement testiculaire, la différenciation des cellules germinales, la méiose et les étapes successives de spermiogenèse (Bhasin et al., 2000). Néanmoins, les réseaux de gènes et voies de régulation de la spermatogenèse ne sont pas totalement identifiés et leur identification pourrait aider à comprendre l’infertilité aussi bien intrinsèque que résultant d’effets de l’environnement. Dans ce cadre, ma recherche utilise plusieurs approches pour identifier ces réseaux de gènes de la fertilité :
 

  1. Une approche d'écotoxicogénomique suite à une exposition à des stress chimiques et/ou thermiques est développée.
  2. Une démarche phylogénique pour identifier des gènes importants pour la régulation de la spermatogenèse et conservés au cours de l'évolution.
  3. Une caractérisation des voies endocriniennes contrôlant les fonctions mâles (comportement reproducteur et production de spermatozoïdes).

Activités / CV

2015 Habilitation à Diriger des Recherches (HDR)
Université de Tours

Depuis 2010 : Maitre de Conférences (CNU 68) à l'Université de Tours
Institut de Recherche sur la Biologie de l'Insecte (IRBI) - UMR 7261
équipe ESORE (Evolution Sociale et Réponse à l'Environnement)

2006 - 2010 : Maitre de Conférences (CNU 66 ) à l'Université Diderot Paris 7
INSERM U967 / CEA / Université Paris 7
Laboratoire de Différenciation des Gonades, Pr René Habert

2004 - 2006 : Chercheuse post-doctorante Babraham Institute de Cambridge (Royaume Uni)
Inositides lab
Len Stephens et Phill Hawkins

2001 - 2004 : Doctorat en Sciences de la vie
INRA Nouzilly - Unité Physiologie de la Reproduction et des Comportements
Directeur de thèse : Florian Guillou

Informations complémentaires

Mots clés : physiologie, reproduction, fonctions mâles, testicules, hormones, perturbateurs endocriniens, hyménoptère parasitoïde, analyse transcriptomique

Faculté des Sciences et Techniques
Parc de Grammont
37200 Tours
Bat I -  bureau 1330 (1er étage)
02 47 36 70 87