La Loi du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous a marqué un tournant décisif dans le soutien à la politique de développement durable appliquée au secteur de l’alimentation. Il est proposé ici de présenter le thème de l’alimentation durable selon différents angles : depuis le législateur, en passant par les acteurs de la chaîne alimentaire, jusqu’aux citoyens-consommateurs. Une fois posé le contexte politique et législatif de la problématique, il sera proposé d’étudier une large palette d’exemples d’actions citoyennes concernant l’alimentation durable, pour mettre l’accent sur celles mises en place (ou à développer) par et pour notre communauté universitaire. Il sera finalement question, à travers un débat d’experts, d’aborder le sujet sous l’angle de la controverse scientifique. Cette UE CERCIP est proposée dans le cadre d’Université 2040.

CHAPITRE 1 – Contexte politique et législatif

1.1 « Le Programme National Nutrition-Santé (PNNS) a 20 ans ! » : il a pour objectif général l’amélioration de l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition. Cette partie de cours permettra de voir d’une manière concrète les principaux leviers du PNNS : information, communication et éducation, amélioration de l’environnement alimentaire, organisation du système de dépistage, surveillance et évaluation. Séance 1 (RM)

1.2 « Nutriscore » : La liste des ingrédients qui composent un aliment permet de calculer le nutriscore. Certains composés sont favorables, d’autres défavorables à la santé. Mais comme dans les films, il n’y a pas que les bons et les méchants, et un petit calcul aidera à comprendre que l’équilibre est toujours un juste milieu. Séance 2 (RM ou CB)

1.3« Loi EGAlim » : depuis le 1er plan national nutrition-santé de 2001, le 1er programme national pour l’alimentation de 2010, en passant par les états généraux de l’alimentation de 2017, il sera question dans ce cours de présenter en quoi la loi Egalim de 2018 fait date en termes d’incitation à une alimentation plus durable. Séance 3 (MF)

1.4« Projets Alimentaires Territoriaux » : à partir d’une mise en contexte (définition, historique), ce cours aura pour objet d’expliciter l’intérêt de ce dispositif pour un collectif d’acteurs investi sur l’alimentation durable d’un territoire, tant dans une dimension réalisation de diagnostic, que stratégie concertée et passage à l’action, et que rayonnement national via le label. Séance 4 (MF)

CHAPITRE 2 – L’université en action

1.5 « Programme National pour l’Alimentation (PNA) » : en revenant sur 10 ans de mise en place, et en particulier sur sa dynamique de financement via appels à projets nationaux et régionaux, ce cours présentera les fondamentaux du PNA 3 (2019-2023) et les perspectives qu’il ouvre pour la mise en place d’actions citoyennes, individuelles ou collectives dans le domaine de l’alimentation durable. Séance 5 (MF)

1.6« Croque ta fac ! » : ce cours permettra d’entrer dans le concret, en présentant des exemples d’actions citoyennes autour de l’alimentation durable, à l’université de Tours ou ailleurs. Il abordera également quelques fondamentaux (savoirs, savoir-faire, savoir-être) en montage/financement de projets liés à l’alimentation durable. Séance 6 (MF)

CHAPITRE 3 – L’avis des scientifiques

1.7« Manger moins manger mieux saison 1 » : C’est bio, c’est local, c’est bon pour la planète… ou pas ! Nous ferons un petit tour dans nos assiettes pour faire l’inventaire de ce qu’on peut compter avant de faire un calcul d’étiquette environnementale. Cette séance sera consacrée à la chimie (n’ayons pas peur de l’azote, du phosphore, du carbone...) Séance 7 (CB)

1.8« Manger moins manger mieux saison 2 : Toujours dans notre assiette, mais avec l’eau, l’air, le sol. C’est une approche en analyse de cycle de vie, la plus complète dans les bilans environnementaux. Séance 8 (CB)

1.9 La séance 9 et la séance 10 seront consacrées à des débats entre experts scientifiques, portant sur un sujet de controverse lié à l’alimentation durable. Ils permettront une très large interactivité avec le public. (CB ou RM)
 

Forme pédagogique

  • Certains savoirs théoriques seront transmis sous la forme de cours magistraux, qui laisseront néanmoins une large part à l’échange avec les étudiants.
  • Deux des séances consisteront en un débat entre experts, sous l’angle d’une controverse scientifique, qui permettront également l’interactivité et l’échange.
  • Tout au long des séances, une série de ressources complémentaires (articles presse, scientifiques-, ouvrages, films, expositions, salons) sera communiquée, pour permettre aux étudiants d’aller plus loin.