3. Préparer son départ

1) La préparation linguistique

La mobilité Erasmus est l’occasion de progresser en langues. Cependant, afin de suivre des cours de spécialité dans une langue étrangère, il est globalement recommandé d’avoir un niveau B2 du CECR. Parfois, un niveau de langue supérieur à B2 est obligatoire (voir le niveau de langues requis par établissement sur le Portail de la Mobilité). Afin de vous préparer, vous disposez de plusieurs outils :
  • Les Centres de Ressources en Langue (Tanneurs, Deux Lions, IUT, Grandmont, Blois) : sont ouverts à tous les étudiants de l’Université de Tours pour des sessions de lecture sur support papier ou numérique, de l’écoute audio et vidéo ainsi que des séances de conversation avec des étudiants natifs ou spécialistes. Pour plus d’information sur les CRL, cliquez sur ce lien.
  • Un module CERCIP « Préparer sa mobilité » : développe des outils linguistiques élémentaires en langue anglaise pour se débrouiller dès son arrivée pour les non-spécialistes. Plus d'information sur ce lien.
  • La plateforme européenne Online Linguistic Support : est ouverte à tous les étudiants sélectionnés pour une mobilité Erasmus. Elle propose des cours en lignes gratuits dans la langue d'enseignement et/ou dans la langue locale. Ces cours sont attribués par la Direction des Relations Internationales dans la limite des licences allouées par l’Agence Erasmus (une licence par participant).
  • Peu d'universités en Europe demandent une certification officielle type TOEIC, IELTS, etc. Souvent une attestation de niveau signée par un enseignant de langue de l'Université de Tours peut suffire. Nous vous invitons à vérifier les critères d'admission et d'immigration sur le site internet de l'université d'accueil.


2) Les conditions d’entrée et visa

Si vous êtes de nationalité française ou d'un autre pays de l'Union Européenne :
En tant que membre de l’UE, vous pouvez voyager librement dans les pays membres de l'Union Européenne mais ne pouvez pas y résider plus de 90 jours. Dans la plupart des pays, vous devrez effectuer une démarche d’immigration à votre arrivée sur place. Ces démarches vous seront expliquées par votre université d’accueil. Dans les pays hors UE, il vous sera peut-être demandé de solliciter un permis de séjour. Vous pouvez vous renseigner sur ces démarches sur le site internet de l'université d'accueil.

Si vous n'êtes pas ressortissant de l'Union Européenne :

Vous devez effectuer les démarches nécessaires auprès du consulat du pays concerné :

-obtenir un visa pour les pays en dehors de l’espace Schengen
-obtenir un titre de séjour si vous restez plus de 90 jours dans l’un des pays membres du programme Erasmus.

Vous penserez également à tenir votre titre de séjour français à jour pour votre retour afin de ne pas être bloqué à votre retour en France.
 

3) Le logement

N'hésitez pas à considérer toutes les options concernant le logement :
  •  la colocation avec des locaux ou d’autres Erasmus,
  •  la résidence universitaire,
  •  l’appartement privé,
  •  le logement chez l’habitant.
Gardez en tête que le type de logement que vous choisirez influera directement sur votre expérience Erasmus.
N’hésitez pas à vous rapprocher de votre établissement d’accueil et des nombreux groupes Erasmus présents sur les réseaux sociaux afin de vous renseigner sur les offres en amont de votre mobilité.
 
Prenez bien soin de vous informer sur :
  • Les fournitures à disposition : le linge de lit est-il fourni (draps, couette, coussins) ? Le logement est-il meublé ? Si oui, quels meubles sont disponibles ? Quelles sont les conditions d’utilisation ? Y a-t-il une caution à déposer ?
  • La caution : est-elle obligatoire ? Combien de mois de loyer devez-vous avancer ? Devez-vous présenter un garant ? Peut-il être de nationalité différente de celle du pays d’accueil ?
  • Durée de l’engagement : y a-t-il un préavis pour quitter votre logement ? De quelle durée ? Avez-vous la possibilité de changer de logement s’il ne vous convient plus ou si vous en trouvez un autre en cours de séjour ?
  • Distance du lieu de cours : pensez à vérifier la distance entre votre futur logement et votre campus (Google Maps, etc.). L’itinéraire est-il bien desservi ? Si oui, combien coûte l’abonnement de transports en commun, la location de vélo ou l’emplacement de parking ?

4) Les comptes bancaires

Ouvrir un compte bancaire à l'étranger
Dans certains cas, vous serez obligé d’ouvrir un compte bancaire dans votre pays d’accueil : si vous percevez une aide locale, un salaire ou si vous êtes prélevé mensuellement (par exemple, pour un abonnement téléphonique sur place). Pensez alors à bien vous renseigner sur les modalités d’ouverture, mais surtout de fermeture du compte bancaire : l’ouverture ou la fermeture du compte est-elle payante ? Combien de temps à l’avance devez-vous prévoir pour la fermeture du compte ?
Si vous prévoyez d’ouvrir un compte bancaire, anticipez le délai de réception de votre carte bancaire en prévoyant d’avoir un peu de liquide sur vous pour régler les frais engendrés par votre arrivée.

Conserver son compte bancaire français
Pensez à vous renseigner sur les partenariats disponibles entre votre banque français et une banque dans le pays d’accueil. Cela vous permettra de retirer de l’argent liquide à moindre frais. Pensez également à augmenter le plafond de votre carte bancaire si besoin (pour le retrait et les paiements) afin de vous éviter d’éventuels désagréments occasionnés par les nombreux frais de début de séjour. Dans tous les cas, vous devez conserver votre compte bancaire français afin de pouvoir percevoir les aides financières à la mobilité.
 

5) La Carte Européenne d'Assurance Maladie (CEAM) et les complémentaires santé

À quoi ça sert ?
La Carte Européenne d’Assurance Maladie est individuelle, nominative, gratuite et obligatoire pour tout séjour Erasmus.
La CEAM garantit un accès direct au système de santé public dans le pays de séjour, sans démarche préalable auprès de l'institution locale. Les prestations sont servies sur présentation de la CEAM dans les mêmes conditions que pour les assurés du pays de séjour.
La CEAM vous permet de bénéficier de prestations en nature de l'assurance maladie selon les modalités du pays où vous séjournez. Avec ce document, vous pouvez prétendre aux prestations pour des soins médicalement nécessaires pendant votre séjour. Vous n'êtes donc pas contraint de rejoindre, avant la fin prévue de votre séjour, votre État de résidence habituel pour y recevoir le traitement nécessaire.
Si vous n'avez pas demandé le remboursement de vos frais médicaux lors de votre séjour, vous pouvez présenter les factures et les justificatifs de paiement à votre caisse d'affiliation à votre retour en France.
Veuillez consulter le site de la CEAM qui vous informe des spécificités de votre pays d’accueil :  la liste des pays est dans l'encadré de droite.

Comment l'obtenir ?
Les complémentaires santé
La complémentaire santé Europe/ Monde vous permet d’être remboursé sur la base du tarif de prestations médicales de votre pays d’accueil contrairement à la CEAM qui ne vous propose un remboursement que sur la base des tarifs français.
La complémentaire santé n’est pas obligatoire mais est fortement recommandée, notamment dans le cas où vous seriez sujet à des maladies chroniques ou nécessitez un traitement de longue durée.
 

6) Les assurances obligatoires

Lorsque vous partez en mobilité de stage, vous êtes tenu de souscrire à une assurance responsabilité civile et une assurance accident du travail.
Assurance "responsabilité civile"
Une assurance responsabilité civile couvre les dommages causés par le participant pendant son séjour en mobilité (qu’il soit présent ou non sur le lieu d’études). Il existe différents types de garanties selon les pays impliqués dans les programmes de mobilité. Le participant court par conséquent le risque de ne pas être couvert. Il est donc fortement recommandé aux participants de souscrire une assurance responsabilité civile.
 

7) Consignes du Ministère des Affaires Etrangères

Avant de partir, il convient:
  • de consulter le site du Ministère des Affaires Etrangères, rubrique "conseils aux voyageurs", très fréquemment actualisée.
  • de déclarer son séjour sur le site Ariane du Ministère des Affaires Etrangères, afin que l'ambassade puisse vous communiquer les consignes de sécurité en cas de problème. Pour votre sécurité, nous vous invitons également à enregistrer vos déplacements sur la plateforme (voyage d'études ou voyages personnels), au cours de votre mobilité.