Partager

La disponibilité des ressources naturelles, notamment de l'eau et des énergies, dans un XXIe siècle dominé par la révolution numérique, constitue un enjeu majeur pour la transition énergétique et économique.

Transition numérique : charte de bonnes pratiques

Parties prenantes : Direction des système d'information, étudiants volontaires


portable Selon l’ADEME, le secteur informatique est responsable aujourd’hui de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et la forte augmentation des usages laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d’ici 2025.

C'est pourquoi l'Université entame une transition numérique en devenant plus responsable. Dans un 1er temps, elle vous propose de télécharger sa charte de bonnes pratiques. Ces recommandations sont proposées pour un cadre professionnel à l'université mais elles restent valables pour vos outils numériques personnels. 

Si vous rencontrez des difficultés ou avez des interrogations, pensez à vous appuyer sur les collègues de votre service mais aussi sur les informaticiens de proximité de votre site. 

La gestion de l'énergie

Parties prenantes : Direction des affaires juridiques et du patrimoine

La sensibilisation à de bonnes pratiques en matière d'économie d'énergie doit être accompagnée de 3 autres actions primordiales et prioritaires :
  • l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments
  • l’optimisation des contrats d’exploitation et de fourniture d’énergie
  • la mise en place d’un management de l’énergie
L'université de Tours oeuvre sur l'ensemble de ces champs d'actions, avec par exemple :

Électricité : sur les derniers marchés de fourniture d'électricité, l'achat d'énergie renouvelable est au cœur des préoccupations. Ainsi, entre 2019 et 2020, 100% de l'électricité consommée sur les bâtiments de l'université était garantie 100% d'origine renouvelable (garantie d'origine hydraulique).

Réseau de chaleur : L'université a signé pour rejoindre le réseau de chaleur Tours Ouest "Tours Métropole Energie Durable". Ce réseau va permettre d'alimenter - avec au moins 74% d'énergie renouvelable - les sites des Tanneurs, Tonnellé (médecine), La Riche (médecine) et le Plat d'Etain (site administratif).
Les installations du site Tonnellé sont raccordées au réseau depuis le 1er octobre dernier, les sites des Tanneurs et de La Riche seront raccordés d'ici octobre 2021 et le Plat d'Etain, au plus tard en 2022. Pour l'ensemble de l'université, cela représente 30 à 35% de sa consommation de chaleur produite via des sources renouvelables.
En complément, la métropole a lancé une étude de faisabilité pour un réseau de chaleur et froid d'origine renouvelable pour Tours Sud Grandmont - Trousseau : l'université est une des parties prenantes de l'étude.

Chaleur :  L'université a renouvelé pour la période de 2020-2028 son marché d'exploitation-maintenance des installations de chauffage, climatisation et ventilation, en incluant comme depuis 2017 une clause d'intéressement pour challenger les exploitants sur la performance énergétique. Cette clause signifie que les prestataires doivent régler au plus juste les installations techniques permettant un compromis entre confort et économie d'énergie. L'un des leviers est par exemple de diminuer le chauffage quand c'est possible, comme durant les périodes d'inoccupation des bâtiments. Ainsi, un gain de 13% de consommation de chaleur est attendu dès la première année, par rapport à la période 2016-2019.

Des urinoirs sans eau à Polytech

Parties prenantes : Polytech

Le site de Polytech aménagement dispose de 4 urinoirs sans eau, à titre expérimental. Ce type d'urinoir fonctionne sans eau et selon un système d'écoulement à membrane, sans barrière chimique, empêchant l'émanation d'odeur et nécessitant un moindre entretien. Ces urinoirs sont une solution nouvelle, innovante, permettant d'avoir un retour tangible sur a réduction de la consommation.
L'usage et le nettoyage ont été un succès : l'entretien est facile et les usagers ne déplorent aucune gène. L'économie est de 2 mètres cube d'eau en moyenne à l'année. Cela correspond à la consommation en eau d'un.e Français.e sur 80 jours !

energie

Un moteur de recherche éco-responsable

Parties prenantes : Direction des système d'information, étudiants volontaires

ECOSIA Et si aller sur Internet pouvait avoir un impact positif pour la planète ? L'installation du moteur de recherche Ecosia sur la totalité du parc informatique de l'Université est un projet orchestré par la Direction des systèmes d'information. Proposé par un étudiant de Grandmont, il permettra à l'Université de diminuer son empreinte carbone. Téléchargez le document de présentation

Ecosia est une extension de moteur de recherche gratuite et compatible avec Google Chrome, qui reverse plus de 60% de ses revenus à des projets de reforestation. Techniquement; elle s'appuie sur le moteur de recherche Bing de Microsoft et dispose de serveurs situés en Allemagne fonctionnant principalement à l'énergie solaire.

Pensez-y également pour vos ordinateurs personnels !

Des étiquettes "éteins la lumière, c'est pas Versailles"

Parties prenantes : l'Assolidaire tourangelle

Des autocollants vont être collés sur les interrupteurs à la faculté de médecine, à l'initiative de l'association étudiante l'Assolidaire Tourangelle. Cet autocollant est un rappel de bonne pratique, toute simple mais trop vite oubliée !