Partager
Actualité

Enjeux des recherches interdisciplinaires : Evaluation, expert.es et expertise aujourd'hui

  • Recherche,
Date(s)

le 27 avril 2022

de 14h00 à 17h00
Lieu(x)
Site des Tanneurs, Amphi A, ouvert au public

La journée d’étude en recherche sera organisée autour d’Yves GINGRAS, professeur l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST). Il est cofondateur de l’Observatoire des sciences et des technologies, un organisme dédié à la mesure de la science, de la technologie et de l’innovation, dont il est le directeur scientifique. Il va ensuite se consacrer à sa Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences (2004 et 2018).

Yves Gingras a un parcours jalonné de prix soulignant l’excellence de son travail scientifique. Il croise les perspectives sociopolitique et historique concernant les sciences, à l’occasion de séjours dans différentes institutions prestigieuses en recherche : Université de Harvard, Massachusetts Institute of Technology (MIT), CNRS, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), entre autres. Chercheur prolifique, engagé dans la Cité autour des questions des relations aux sciences, comme chercheur, conseiller scientifique et communicateur scientifique, il honorera de sa présence l’Université de Tours à l’initiative de l’équipe Éducation, Éthique et Santé (EES), autour d’enjeux en recherche interdisciplinaire et au-delà, puisqu’il s’agira d’aborder ceux recoupant la question du statut de l’expert.e et de ses relations avec la recherche et à la Cité, l’après-midi du 27 avril. La matinée sera consacrée à la question actuelle des enjeux de l’évaluation de la recherche, sous la forme d’un séminaire interne, ouvert aux chercheur.es de l’Université.

L’ÉVOLUTION DES RELATIONS ENTRE RECHERCHE ET EXPERTISE

Conférencier invité :
Yves Gingras, professeur à l’UQAM et au CIRST
Dialoguant : Jérôme Lafitte, Maître de conférences en éducation et formation, (EES-EA7505)

Penser la pertinence de l’évaluation de la recherche conduit à s’interroger sur les conceptions, les usages et les effets produits de telles démarches qui visent à expliquer, à comprendre, mais également à transformer les situations vécues, à travers leurs résultats : constitution de connaissances, mais également, transformation des situations éprouvées et des mondes sociaux associés. Envisagée à partir de son potentiel transformateur, à l’échelle des pratiques, des formes d’organisation sociale, de la hiérarchie des normes qui irriguent les mondes sociaux, la recherche participe du politique, de l’action qui s’y trouve associée et de la demande d’expertise en support des décisions et de leur complexité. 

Il s’agit dès lors de réfléchir à la situation des chercheur.es lorsque son rôle le conduit à se trouver impliqué ou à s’engager dans les affaires du monde, à devenir « expert », notamment en ce qui a trait à la demande sociale et institutionnelle à son égard, voire l'auto-attribution de ce rôle par ceux et celles-ci. Il s'agit également d'envisager en quoi cette demande implique des questionnements du côté du savoir (statut, rôle ...). Des questions éthiques sont ici soulevées, conduisant à différencier les postures de recherche, les formes d’implication des sujets qui s’y impliquent, les types de connaissance et de rapport(s) au(x) savoir(s) convoqués.

Plus d'infos ici.