Partager
Actualité

Guillaume Nataf, lauréat de la bourse Starting Grant 2022 du Conseil Européen de la Recherche (ERC)

Date(s)

le 22 novembre 2022

Chargé de recherche CNRS au GREMAN (UMR Université-CNRS 7347 - Materiaux, microéléctronique, acoustique, nanotechnologies), Guillaume Nataf a été sélectionné pour la bourse Starting Grant 2022 du Conseil Européen de la Recherche (ERC) parmi les 3000 projets déposés par les différents panels de l’ERC Starting Grants. Il obtient une aide de 1,5 M€ pour cinq ans, qui lui permettra de poursuivre ses recherches sur les matériaux ferroïques et le contrôle dynamique des flux de chaleur.

Projet de recherche

La lutte contre le changement climatique est l’un des défis les plus urgents de notre société et nécessite la recherche de nouveaux dispositifs de récupération et de conversion d’énergie. Les performances de tous ces dispositifs pourraient être considérablement améliorées s’ils étaient combinés à des interrupteurs et des diodes thermiques. L'objectif de Guillaume Nataf est d’étudier un mécanisme fondamentalement nouveau pour concevoir des interrupteurs et des diodes thermiques compacts et efficaces. Sa stratégie exploite, dans les oxydes ferroélectriques, les interactions entre les phonons qui conduisent la chaleur et des défauts plans spontanés appelés parois de domaine. Ces parois de domaine sont facilement créées, déplacées et orientées par l’application d’une tension, et diffusent les phonons. Ce sont donc des interfaces parfaites pour obtenir de manière rapide et réversible de fortes variations de conductivités thermiques dans des directions contrôlées. Ces interrupteurs et diodes thermiques seront compatibles avec une large gamme d’appareils et auront un impact dans de nombreux domaines critiques pour la transition vers un avenir durable.

Parcours

Guillaume Nataf a effectué un doctorat en cotutelle entre l’Université Paris-Saclay (CEA Saclay) et l’Université du Luxembourg (Luxembourg Institute of Science and Technology) où il a développé de nouvelles approches pour étudier les propriétés spécifiques des parois de domaines dans les matériaux ferroïques. Il est ensuite parti quatre ans en Angleterre, à l’Université de Cambridge, pour un post-doctorat, où il a obtenu des financements de la Royal Commission for the Exhibition of 1851 et de Wolfson College, afin d’étudier des alternatives aux fluides actuellement utilisés dans les systèmes de refroidissement. Lauréat du concours CNRS 2020, il est depuis 2021 chargé de recherche CNRS au sein du laboratoire GREMAN (unité mixte de recherche sous la tutelle du CNRS, de l’université de Tours, et de l’INSA Centre-Val de Loire), où il poursuit ses recherches sur les oxydes fonctionnels et leur nano-structuration spontanée, en vue notamment de développer des dispositifs thermiques innovants pour l’efficacité énergétique.