Vous êtes ici : Version françaiseRecherche

Nous valorisons notre patrimoine

L’université de Tours est très attachée à son patrimoine, elle préserve et valorise les biens matériels et immatériels qui ont une importance artistique et/ou historique.
 

IPAT 

IPATIntelligence des Patrimoines propose une approche novatrice des patrimoines, qui englobe patrimoines culturels et naturels, gastronomiques, artisanaux ou agricoles à travers l’animation d’un réseau de chercheurs issus de laboratoires de recherche de la Région Centre-Val de Loire. S’appuyant sur des partenariats avec les mondes culturels et économiques, ce programme est à l’origine d’innovations permettant de créer des nouveaux services, produits ou savoir-faire créateurs de valeurs économiques et d’emplois.

L’ambition principale d’Intelligence des Patrimoines est de montrer, à travers l’étude de domaines thématiques définis, que de la recherche interdisciplinaire peut naître une nouvelle façon d’appréhender et de comprendre les espaces patrimoniaux dans leur globalité et donc, pour les acteurs et décideurs de la Région Centre-Val de Loire, d’en valoriser les ressources. En France et en Europe cette démarche est une première !

Porté par le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (UMR 7323) de l’université de Tours et du CNRS et soutenu par la Région Centre-Val de Loire, Intelligence des Patrimoines associe l’ensemble des organismes de recherche et des établissements d’enseignement supérieur de la région, à savoir, les universités de Tours et d’Orléans, le CNRS, l’INRA Centre-Val de Loire, le BRGM, l’INSA Centre-Val de Loire, l’IRSTEA et l’ESCEM.
 

Le Pôle Alimentation 

L’université de Tours développe un programme pluridisciplinaire ambitieux autour de la thématique transversale de l’alimentation : ce sont au total une centaine d'universitaires et une vingtaine d'unités de recherche et centres d’expertise et de transfert universitaire tourangeaux (en lien avec le CNRS, l’INRA et l’INSERM) qui sont impliqués dans le Pôle Alimentation.

Les activités des membres du Pôle Alimentation vont de la recherche à la formation, en passant par la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle. Elles couvrent une vingtaine de domaines disciplinaires.

Le Pôle Alimentation se développe dans le cadre de Tours, Cité Internationale de la Gastronomie en Val de Loire  et en lien étroit avec l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation et le programme ARD Intelligence des Patrimoines . Ses activités sont hébergées à la Villa Rabelais.
 

L'objectif visé par le Pôle Alimentation est de consolider des collaborations scientifiques, en lien avec les enjeux sociétaux liés à l'alimentation, en vue de répondre de manière efficace à des appels à projet nationaux, européens ou internationaux sur ce thème.

Le Master Arts, Lettres, Langues MENTION Patrimoine-Ecrit-Matériel-Immatériel SPECIALITE Patrimoine Culturel Immatériel

Ce master permet de former des professionnels à l'inventaire, à la conservation ainsi qu’à la valorisation du Patrimoine Culturel Immatériel.

Le Patrimoine Culturel Immatériel se manifeste dans les traditions et expressions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, dans les connaissances et pratiques concernant la nature et l'univers, ou encore dans les savoir-faire liés à l'artisanat traditionnel.

Les collections patrimoniales 

Collections patrimoniales

- La réserve de la bibliothèque de Lettres et Sciences humaines
Deux fonds patrimoniaux font l’objet d’une valorisation particulière du fait de leur importance quantitative et qualitative: il s’agit des fonds Ramuz et Brunot.

- Le fonds patrimonial de la Bibliothèque de médecine
La bibliothèque Emile Aron est riche d’un fonds ancien d’environ 6000 volumes hérités de l’ancienne école de médecine et de pharmacie de Tours :

  •  600 ont été publiés entre le XVIe et le XVIIIe siècle,
  • 5400 entre le début du XIXe et la fin du XXe siècle.

- Les herbiers de la bibliothèque Sciences-Pharmacie
On y trouve un fonds d’ouvrages de botanique anciens, ainsi qu’une collection d’herbiers liés à l’histoire de la Touraine. Conservés par l'université, ils témoignent de l'intérêt porté à la botanique au cours du XIXe siècle en Touraine.

Les collections sonores

L’idée de constituer des collections d’archives sonores relatives à différents aspects de l’histoire de l’université est née en 2012, à l’initiative d’Anne Azanza-Sanciaud, vice-présidente déléguée au patrimoine. L’objectif était de compléter les lacunes des sources écrites et de fédérer autour d’un projet commun des étudiants d’aujourd’hui et des personnalités qui ont contribué au développement de l’université.

Cette initiative a pu prendre forme grâce à un double partenariat, avec le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR)  et l’Atelier Numérique de la Maison des Sciences de l’Homme-Val de Loire ). Les étudiants du Master professionnel « Patrimoine culturel immatériel » participent à la préparation des entretiens et en réalisent certains. Les enregistrements sonores sont ensuite traités, découpés, indexés et mis en ligne par l’Atelier Numérique de la MSH-Val-de-Loire.

Les œuvres d’art

Depuis 1951, la procédure du 1% artistique stipule que tout édifice à vocation culturelle ou d’enseignement réalisé, augmenté ou rénové sous la maîtrise d’ouvrage de l’Etat, doit être doté d’une ou plusieurs œuvres d’art commandées à des artistes contemporains, pour un montant correspondant à 1 % du budget HT consacré au chantier.
Appliquée à six reprises à l’université de Tours, cette procédure a permis d’introduire la création culturelle au cœur des cinq facultés tourangelles, offrant ainsi au public universitaire une collection d’art contemporain, véritable musée à ciel ouvert.
Exemples :
- Faculté de médecine : les toiles d’Olivier Debré, 1973
- IUT de Tours, site Jean Luthier : le stabile d’Alexandre Calder, 1973
- Faculté des Tanneurs : la Femme-Fleur de Gigi Guadagnucci, 1975
- Bâtiment « Génie électrique » de l’IUT de Tours, site de Grandmont : Mémoire d’aujourd’hui de Jean-Pierre Viot et Haguiko, 1990