La coopération internationale constitue l’une des priorités stratégiques de l’université de Tours. Soucieuse de développer des actions d’internationalisation alliant harmonieusement sa recherche et sa formation, elle développe un large réseau de partenaires à travers le monde.


Développer de solides partenariats internationaux

L’université de Tours est un établissement moderne et innovant qui promeut les valeurs humanistes que sont la recherche, la diffusion des savoirs, le partage et la liberté. Face à un monde concurrentiel, elle s’engage pour une ouverture d’esprit toujours plus grande, notamment via de fortes collaborations internationales avec des universités européennes, nord-américaines, mais aussi asiatiques, africaines et sud-américaines.
Consultez notre carte interactive pour découvrir le dynamisme et la diversité de notre réseau. Pour en savoir plus sur nos collaborations internationales, cliquez sur une zone et téléchargez la fiche pays associée, en français ou en anglais.
 

Partager les savoirs

En développant de forts partenariats avec les pays en développement, l’université de Tours considère l’interculturalité comme vectrice de savoirs et d’ouverture. Elle encourage les universitaires à devenir acteurs d’un monde plus équilibré.

 
  • Qu’induisent les partenariats privilégiés ?
    • L’équilibre entre la formation et la recherche ;
    • le développement de champs disciplinaires communs ;
    • la réciprocité des échanges (étudiants, enseignants-chercheurs, personnels) ;
    • le partage des cultures ;
    • le développement socioéconomique.

  • Par quelles mesures se concrétisent-ils ?
La mobilité des enseignants-chercheurs
  • Mobilité sortante
Pour la première fois, l’université de Tours lance un appel à projet à destination de ses enseignants chercheurs. Grâce à un financement de 3000 euros, ces derniers pourront désormais passer un mois chez un partenaire international, en tant qu’ambassadeurs de l’université et/ou prescripteurs. Ils auront pour mission de développer un programme de recherche et/ou un diplôme international.
 
  • Mobilité entrante
Chaque année, l’université de Tours compte 6 % d’enseignants et de chercheurs étrangers dans ses effectifs. Ils peuvent être accueillis en qualité de maître de conférences ou de professeur d’université. L’université accueille également des professeurs invités, recrutés temporairement pour exercer des fonctions d’enseignement ou de recherche.
 

La mobilité des étudiants entrants

Après avoir été sélectionnés par leur université d’origine, les étudiants entrants peuvent étudier ou effectuer un stage durant un semestre ou une année à l’université Tours.

Une convention internationale d’échange d’étudiants entre l’université de Tours et l’Université Moulay Ismaïl de Meknès (Maroc)

Conscients que la qualité de leurs enseignements est renforcée par les liens de coopération internationale, les deux établissements d’enseignement supérieur ont établi des échanges visant à leur enrichissement mutuel au niveau scientifique, académique et culturel. L’objectif général de cette convention internationale est une collaboration éducative à long terme, qui réponde aux intérêts et besoins industriels, scientifiques, sociaux et culturels des deux universités. Tous les ans, chacune d’elle sélectionnera deux étudiants en Sciences humaines de niveau licence ou master, qui feront l’objet d’un échange.
Cette convention est une véritable fierté pour l’université de Tours, dont la plus importante communauté étudiante d’origine étrangère est marocaine. D’autres champs de coopération pourraient se développer dans les années à venir.

Le soutien au développement de Diplômes de Partenariat International (DPI)

Face à un monde en mouvement et à une volonté croissante des étudiants de voyager, l’université de Tours propose des diplômes de partenariat international. Les étudiants peuvent ainsi fréquenter de prestigieuses universités dans le monde entier et développer leurs compétences linguistiques ainsi que leur esprit d’ouverture.

Le master de Hô-Chi-Minh-Ville a débuté en 2006.

Accessible aux étudiants de niveau Master 2, il fait partie du Pôle Universitaire Français (PUF) à Hô-Chi-Minh-Ville et se déroule à l’université des sciences naturelles. C’est un M2 « Analyse Mathématique et Applications », co-habilité par les universités de Tours et d’Orléans et délocalisé à Hô-Chi-Minh-Ville. Ce master est l’occasion de développer les mathématiques appliquées au Viêtnam dans leur version moderne de la modélisation et au contact d’autres disciplines (notamment l’industrie). Des enseignants français donnent cinq cours au premier semestre, un sixième est donné par la partie vietnamienne. Les meilleurs étudiants viennent en France au second semestre réaliser leur stage. 
 

Exemples de projets

  • WATERPONDI, un projet de recherche transdisciplinaire sur l’eau
La ville de Pondichéry dispose d'infrastructures en eau potable ne permettant plus de répondre durablement à la demande de la population et les rejets d'eaux usées non traitées contaminent l'ensemble du cycle de l'eau.
L'objectif du projet WATER-PONDI est de préciser le fonctionnement du cycle de l'eau sur le territoire de la ville de Pondichéry et de déterminer l'état actuel de la ressource et la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines. Il réunit une dizaine de chercheurs tourangeaux (urbanistes, économistes, sociologues, etc.).
Financeur : Région Centre-Val de Loire
  • PAUSE, le Programme national d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil
Créé le 16 janvier 2017, PAUSE accorde des financements incitatifs aux établissements d’enseignement supérieur et aux organismes de recherche publics projetant d’accueillir des scientifiques en situation d’urgence et les accompagne dans leurs démarches. Il s’agit d’un programme national ambitieux, initié par l’État avec l’appui de la société civile et des acteurs économiques. Au-delà du devoir éthique face à des situations individuelles souvent dramatiques, la solidarité avec les scientifiques étrangers en situation d’urgence constitue une ressource de savoirs d’un intérêt majeur pour le monde académique et la recherche scientifique et, au-delà, la société dans son ensemble.
Le programme PAUSE permet à l’université de Tours d’accueillir une chercheuse turque.
Plus d’infos : https://www.college-de-france.fr/site/programme-pause/index.htm