Qualité de vie au travail

L’université de Tours, c’est 1403 enseignants et enseignants-chercheurs et 1071 BIATSS qui œuvrent au quotidien pour accomplir les missions de l’université en faveur de la recherche, de l’enseignement et de la diffusion des savoirs.

QVT


L’amélioration de la qualité de vie au travail de l’ensemble des personnels de l’université de Tours constitue l’un de ses objectifs prioritaires.
 

La mise en place de groupes de travail 

Le comité technique (CT) et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) se réunissent régulièrement pour aborder cette thématique.
De même, deux groupes de travail ont été constitués :
  • Le premier , composé de membres volontaires du CT et du CHSCT, a pour vocation d’établir un plan de prévention des Risques Psycho-Sociaux. Il est piloté par une chargée de mission dédiée ;
  • Le second, constitué dans le cadre de la mise en place du Plan Vert de l’université, est ouvert à tous les personnels et travaille sur des mesures en faveur de la Qualité de Vie au Travail.
Les propositions viendront compléter les dispositifs existants et d’ores et déjà mis en œuvre en 2016/2017 : création d’une cellule de veille sociale, formation des personnels (gestion des conflits, accompagnement du changement, médiation), décision de recruter un psychologue du travail à mi-temps, expérimentation du télétravail, etc.
 

L’expérimentation du télétravail

TélétravailL’université de Tours est pionnière dans la mise en œuvre du télétravail. L’objectif ? Mettre en place de nouvelles modalités de travail en faisant évoluer les pratiques managériales, mais aussi permettre aux personnels de mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle.
Ainsi, depuis septembre 2016, les personnels BIATSS ont la possibilité de télétravailler un à deux jours par semaine et bénéficient pour cela de la mise à disposition d’un matériel informatique.
Afin d’accompagner la mise en œuvre de ce nouveau mode de travail, l’université a organisé des formations pour les agents télétravailleurs et pour leurs responsables hiérarchiques.


Le chiffre : à ce jour, une quarantaine d’agents, exerçant dans des secteurs d’activité variés (informatique, finances, RH, secrétariat pédagogique) a souhaité bénéficier du télétravail.


Favoriser la participation et l’expression de tous 

L’attention portée à la qualité de vie au travail s’est également traduite par la volonté de développer les possibilités d’expression et de participation des personnels au sein de l’institution. Ainsi, un Comité des Usagers Participatifs (CUP) composé de 12 personnes volontaires a été mis en place à titre expérimental. Le comité se réunit mensuellement pour proposer des mesures visant à améliorer la vie quotidienne des quelques 300 personnels des services centraux et communs qui travaillent sur le site du Plat d’Etain. Un bilan sera dressé en 2018 et cette expérimentation pourrait être étendue à d’autres sites de l’université.
 

Développer l’action sociale en faveur des personnels 

Un premier bilan de l’action sociale conduite en 2016 a été dressé. Sur la base des conclusions de ce bilan, les mesures sociales en faveur des personnels ont été étendues : l’augmentation du temps de travail de l’assistante sociale pour les personnels, la mise en œuvre d’une prime de naissance et d’adoption de 150 € sous condition de ressources, la possibilité de bénéficier d’un appui juridique via la saisine de la clinique juridique de la faculté de Droit Économie et Sciences Sociales.
Les personnels peuvent également poser gratuitement des questions en lien avec la vie quotidienne et le droit qui sont transmises, de façon anonyme, aux étudiants en droit qui élaborent ensuite une réponse sous le contrôle d’enseignants-chercheurs.